Mois : mars 2016

Réforme constitutionnelle : une défaite pitoyable des néoconservateurs, une belle victoire pour la démocratie

communiqué de Pouria Amirshahi

Député des Français de l’étranger (Maghreb/Afrique de l’Ouest)

 

L’abandon de la réforme constitutionnelle est une belle victoire pour les amoureux de la démocratie, de l’Etat de droit et de nos principes républicains.

La constitutionnalisation de l’état d’urgence et la déchéance de nationalité abimait les trois à la fois. Il était temps, après tant de dégâts causés dans le pays, de mettre un terme à des circonvolutions tactiques, de l’exécutif comme de la  droite, aussi cyniques que dangereuses.

Les néo-conservateurs ne s’étant pas mis d’accord entre eux, les principes républicains gagnent.

Le 16 novembre, au Congrès réuni à Versailles, je refusai d’applaudir le discours du Président de la République. Ce coup d’œil dans le rétroviseur me confirme qu’il faut savoir commencer seul, chercher des alliés, et faire de la politique en fonction de principes et avec une éthique.

La médiocrité et l’irresponsabilité  qui ont régné ces dernières semaines auront au moins, espérons-le, mis à nu l’absence de vision d’une élite fascinée par l’ordre et complaisante avec les idéologies d’exclusion.

Plus que jamais, face à ces pompiers pyromanes, continuons de défendre une République des communs.

Déchéance de nationalité: la réforme est définitivement plombée

18 mars 2016 | Par christophe Gueugneau et Ellen Salvi

En adoptant jeudi soir une version largement remaniée de l’article 2 du projet de réforme constitutionnelle, qui revient à viser les seuls binationaux, le Sénat plante un dernier clou sur le cercueil. François Hollande se donne jusqu’au 22 mars et le vote solennel des sénateurs sur le texte, pour prononcer ce qui devrait être une oraison funèbre.

Quatre mois de débats législatifs, des revirements dans tous les sens, des ruptures politiques irréparables. Et à la fin : rien. L’idée tactique de François Hollande de récupérer une vieille lune de l’extrême droite – la déchéance de nationalité pour les terroristes – tourne au fiasco. Les députés sont sortis lessivés de cette séquence avant que la loi El Khomri ne leur tombe sur la tête ; le gouvernement a dû changer plusieurs fois son discours – un coup contre l’apatridie, un coup pour ; la droite a pu se vanter d’avoir eu raison avant les autres. Ce qui a permis d’occuper l’espace politique assez longtemps pour ne pas parler d’autre chose.

La grande idée populiste du gouvernement s’est finalement retournée contre lui. Comme annoncé, la droite, majoritaire au Sénat, a définitivement enterré l’article 2 de la réforme constitutionnelle. Les sénateurs ont en effet adopté une nouvelle version de l’article, profondément modifié par rapport à celle votée par les députés en février. Or, pour qu’un texte arrive devant le Congrès de Versailles, il doit d’abord être adopté dans les mêmes termes par les deux chambres.

Lire la suite

Antiterrorisme: l’histoire d’une faillite

Pourquoi des terroristes surveillés parviennent-ils à passer à l’acte ? Pourquoi les agents semblent-ils condamnés à constater leur impuissance chronique ? Pourquoi la classe politique refuse-t-elle d’engager la grande remise à plat réclamée par de nombreux spécialistes ? Mediapart a interrogé des dizaines de personnes (magistrats, agents secrets, policiers, experts, politiques…), s’est plongé dans plusieurs procédures judiciaires en cours et a épluché divers rapports pour comprendre la crise sans précédent de la lutte antiterroriste en France.

Lire la suite